Skip to content

L’impact de l’Arabie Saoudite sur la boxe fait débat, à découvrir !

L'impact de l'Arabie Saoudite sur la boxe fait débat, à découvrir !

BOXE – Las Vegas Contre l’Arabie Saoudite: La Guerre des Titans de la Boxe

Souvenez-vous de juin 1980, lorsque la superstar de la boxe « Sugar » Ray Leonard perdait son titre WBC des poids welters dans un affrontement légendaire face à l’illustre Roberto Duran. Un combat historique qui s’est déroulé au Stade Olympique de Montréal. Six mois plus tard, Leonard récupérait son titre de façon spectaculaire lorsque Duran abandonnait inopinément au huitième round de leur revanche tant attendue au Superdome de La Nouvelle-Orléans.

Le prochain grand succès de Leonard fut contre la future légende Tommy Hearns à Las Vegas, au palais scintillant du Caesar Palace. L’année suivante, le champion des poids lourds WBC Larry Holmes mettait fin au combat contre le populaire Gerry Cooney dans un affrontement qui décrochait la couverture du Time Magazine, confirmant Vegas comme la nouvelle Mecque de la boxe.

Si l’on remonte à octobre 1980, c’est Larry Holmes contre Muhammad Ali, déclinant mais toujours immense, qui marque le tournant pour Las Vegas, hissant la ville au rang d’épicentre des plus grands combats. Durant des décennies, à l’exception de quelques événements comme Tyson contre Michael Spinks en 1988, Las Vegas ère synonyme de boxe de haut niveau. Mais aujourd’hui, plus de quarante ans après Leonard vs Hearns, la ville est confrontée à un rival inattendu : l’Arabie Saoudite.

Ce royaume moyen-oriental est maintenant sous les projecteurs avec l’annonce de deux cartes majeures de poids lourds, attirant l’attention du monde de la boxe. La raison de ce tournant ? L’argent, bien évidemment ! L’Arabie Saoudite s’avance avec des fonds apparemment sans fin, cherchant à devenir un nouveau géant dans l’organisation d’événements de boxe.

Donald McRae du Guardian parle d’une « transformation éblouissante de l’Arabie Saoudite en un état flambant neuf où les icônes sportives valorisent les changements qu’ils semblent aider à propager ». Cependant, McRae nous avertit : cette transformation n’est pas sans controverses.

Depuis que Anthony Joshua a récupéré ses titres mondiaux des poids lourds des mains d’Andy Ruiz Jr en périphérie de Riyad en décembre 2019, la relation entre sport et financement est devenue plus intime. Golf, football, et peut-être bientôt cricket, l’Arabie Saoudite se lance dans un jeu grandiose de séduction sportive. Mais ces paillettes sportives pourraient bien servir à détourner le regard de réalités plus troublantes du royaume.

Comment les fans de boxe devraient-ils percevoir cette nouvelle dynastie sportive, compte tenu de critiques concernant les droits de l’homme en Arabie Saoudite ? McRae évoque l’histoire de Loujain al-Hathloul, militante saoudienne emprisonnée pour avoir déplu au gouvernement, notamment pour avoir revendiqué le droit des femmes à conduire. Exilée en Belgique, son histoire est un rappel des disparités culturelles et des libertés limitées dans le royaume.

Religion, droits LGBT, liberté d’expression, tous ces sujets sont abordés avec prudence en Arabie Saoudite. Malgré tout, Felix Jenkins d’Amnesty suggère que les boxeurs pourraient user de leur influence pour contrecarrer le récit du gouvernement saoudien et mettre en lumière les injustices.

Les événements sportifs en Arabie Saoudite ne nécessitent peut-être pas un boycott, mais ils pourraient servir de tremplin pour aborder les problèmes de justice et de droits humains au sein du royaume. Le débat est lancé, les fans et les combattants pourraient avoir un rôle clé à jouer au-delà de leur passion pour le noble art.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Les Actualités

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x